06/09/2021

Le congrès de la nature se tient actuellement à Marseille. 

Cette manifestation mobilise de nombreux experts de la protection de la nature, ainsi que des porteurs de projets et des citoyens engagés. 

Au programme : le 
financement de la biodiversité, la protection du vivant pour prévenir les pandémies, la protection des écosystèmes marins, terrestres et des espèces, l'adaptation au changement climatique et les solutions fondées sur la nature, et bien d'autres sujets essentiels ...

Ce congrès accorde également une place privilégiée aux peuples autochtones menacés par l'érosion de la biodiversité. 

Vous pouvez en suivre l'actualité ainsi que les débats sur le site officiel.


19/08/2021

Turquie, Russie, France, Italie, Algérie, Amazonie, Californie, Maroc, Portugal … Ces pays subissent actuellement de violents incendies ravageant des dizaines d’hectares de forêt, relâchant ainsi des milliards de tonnes de gaz à effet de serre dans l’atmosphère.

En 2020, les incendies zombies dans l’Arctique ont libéré 244 millions de tonnes d’équivalent CO2.

Ce problème est très préoccupant pour l’avenir climatique de la planète mais un point est insuffisamment traité, celui de l’impact sur la biodiversité.

UP’ magazine dresse un bilan provisoire de cette catastrophe :

« Au niveau mondial, les incendies d’origine humaine compromettent la survie de la faune sauvage, tuée ou blessée par le contact direct avec les fumées et les flammes ou qui souffre d’une destruction importante de son habitat », explique à l’AFP Margaret Kinnaird, responsable faune au Fonds mondial pour la nature (WWF).

Difficile toutefois de savoir quel sera l’impact exact sur chaque espèce, en particulier celles déjà menacées, complète Craig Hilton-Taylor, responsable de la Liste rouge de l’Union internationale pour la conservation de nature (UICN).
Cette liste répertorie les espèces animales et végétales en fonction de leur risque d’extinction. ” Il y a tellement de feux qu’il est impossible de savoir ceux qui sont sérieux et auront un impact ”, qui dépend également de la capacité des espèces à fuir ou à résister aux flammes » ... (suite dans l'article du 18 août).   

Des mesures simples existent. Chacun d’entre nous peut faire sa part pour limiter la propagation de ces incendies. On s’y met tous ?


15/08/2021

De nombreuses entreprises ont recours au greenwashing  pour donner une allure plus ” éco-responsable ” à leurs démarches commerciales.

Outre les publicités mensongères, ces démarches peuvent avoir un impact négatif sur l'environnement. Il en est ainsi pour les nombreuses opérations de reboisement opérées sans autre discernement que celui de reverdir une marque salie par des scandales environnementaux. 

Contrairement à ce que l'on peut penser, planter des arbres à tour de bras ne s'avère pas toujours bénéfique. C'est ce que met en exergue Novethic dans ce récent article :

« Planter des arbres peut dans certains cas être une opération contre-productive. Une étude, publiée dans la revue Frontiers in Ecology and the Environment en juin 2021 a démontré que l'afforestation, c'est-à-dire le développement d’arbres dans des zones normalement dénuées de couvert forestier, à l'instar des tundras ou des prairies, peut en réalité libérer des réserves de carbone.

La prolifération d’arbres, qu'elle soit liée à des plantations ou à la colonisation d'une espèce invasive, peut perturber le fonctionnement des sols. Or en matière de séquestration de carbone sur terre, les sols sont champions toute catégorie : ils en contiennent trois fois plus que l’atmosphère et la végétation réunis. Planter des arbres peut en revanche bouleverser cet équilibre. En 2020, une étude publiée dans la revue Global Change Biology menée sur près de 40 ans a démontré qu'en Écosse, les landes laissées intactes stockaient davantage de carbone que celles où des arbres avaient été plantés ». 

L'attention est plutôt à porter sur la préservation des forêts actuellement existantes, la mal-forestation et la déforestation. 


08/08/2021

Parce que vénérer la nature c'est aussi en prendre soin, je vous propose une nouvelle rubrique dans laquelle je partagerai les nombreuses sources d'information auxquelles je m'abreuve.

Aujourd'hui, c'est le concept d'aménagements ” verts et bleus ” que je vous invite à découvrir dans cet article d'Up' Magazine :

Extrait : « Les végétaux permettent de lutter efficacement, et sur le long terme, contre les températures parfois étouffantes de nos métropoles : les citadins s’amassant dans les parcs pour y chercher un peu de fraîcheur en été témoignent du pouvoir rafraîchissant de la nature en ville.

Au premier rang de cette lutte, les arbres exercent un rôle important de régulateur thermique. Grâce à l’évapotranspiration (qui désigne l’émission d’eau via les pores des feuilles) et à l’ombre qu’ils produisent, ils gardent les rues fraîches et empêchent le stockage de la chaleur du soleil dans le bitume au cours de la journée.

Une étude menée par le Lawrence Berkeley National Laboratory estime que la présence d’arbres en milieu urbain permettait une réduction de la climatisation des espaces allant jusqu’à 40 % ». 

La suite ici

Plaine Brossolette - Amiens Nord (80)